Détecter le cancer avant qu'il ne se propage : Patrizia Paterlini-Bréchot, diplômée de l’Université Paris-Sud et finaliste du Prix de l'inventeur européen 2019

La chercheuse en oncologie Patrizia Paterlini-Bréchot s'est installée à Paris en 1988 pour se former à la biologie moléculaire, et a décroché en 1993 son doctorat à la Faculté des sciences de l’Université Paris-Sud. Sa thèse est consacrée aux bases fondamentales de l'oncogenèse à l'ensemble des facteurs et des mécanismes à l'origine des cancers ou tumeurs malignes.

Elle a été nommée parmi les trois finalistes de la catégorie « Recherche » du Prix de l'inventeur européen 2019 de l'Office européen des brevets (OEB) pour avoir mis au point une méthode de filtrage du sang qui permet un dépistage précoce du cancer, un procédé qui permet de détecter le cancer par une simple prise de sang. Vous pouvez voter pour elle dans la catégorie "Prix du public" jusqu'au 16 juin prochain !


Patrizia Paterlini-Bréchot

A vos votes pour le prix du public !

Le Prix de l'inventeur européen est l'une des compétitions européennes les plus prestigieuses de sa catégorie. Lancé par l'OEB en 2006, ce prix annuel récompense, individuellement ou en équipe, les inventeurs dont les innovations ont apporté des réponses aux grands défis de notre temps. Les finalistes et les lauréats sont sélectionnés par un jury indépendant constitué d'autorités internationales issues du monde universitaire, des affaires, de la politique, des sciences et de la recherche. Il examine les innovations à l'aune de leur contribution au progrès technologique, au développement social, à la croissance économique et à la création d'emplois en Europe. Le Prix est décerné dans cinq catégories lors d'une cérémonie qui aura lieu à Vienne le 20 juin prochain. Par ailleurs, les internautes peuvent choisir le gagnant du Prix du public parmi les 15 finalistes en votant en ligne sur le site web de l'OEB dans la période précédant la cérémonie. Le vote est ouvert jusqu'au 16 juin 2019.

Pour voter en 2 clics c'est ici : https://www.epo.org/learning-events/european-inventor/popular-prize_fr.html

Une invention qui pourrait sauver de nombreuses vies

L'invention de Patrizia Paterlini-Bréchot pourrait sauver de nombreuses vies et offre de nouvelles perspectives à la médecine préventive. Son invention permet aux médecins de détecter les cellules cancéreuses dans un échantillon de sang bien avant qu'une tumeur ne puisse être détectée grâce aux méthodes classiques d'imagerie médicale. Une détection qui intervient avant même que le patient ne développe des métastases, un stade de propagation où 90 % des patients perdent leur combat contre la maladie.

« La détection précoce du cancer est essentielle pour pouvoir le traiter à temps », a déclaré le Président de l’Office Européen des Brevets (OEB), António Campinos, lors de l'annonce des finalistes du Prix de l’inventeur européen 2019. Il souligne : « les méthodes de diagnostic précoce du cancer ouvrent un nouveau chapitre dans la lutte contre cette maladie en permettant aux médecins de détecter les tout premiers stades d'une tumeur ».

Pour en savoir plus : https://www.epo.org/learning-events/european-inventor/finalists/2019/paterlini-brechot_fr.html

La volonté d'accompagner aux mieux les patients

On estime à 18,1 millions le nombre de cancers diagnostiqués dans le monde en 2018 et à 9,6 millions le nombre de personnes ayant succombé à la maladie l'an dernier. Certains cancers sont particulièrement difficiles à diagnostiquer : le cancer du poumon, par exemple, n'est détecté à un stade précoce que dans 15 % des cas. Trouver une méthode efficace et non contraignante pour diagnostiquer les cancers le plus tôt possible permettrait de sauver des millions de vies chaque année. Cela a été l’objectif de toute la carrière de la chercheuse.

Alors qu'elle était jeune médecin, l'un des patients de Patrizia Paterlini-Bréchot, qui souffrait d'un cancer à un stade avancé, est décédé les jours qui ont suivi sa première consultation. Le fait de n'avoir rien pu faire pour empêcher a totalement bouleversé la jeune chercheuse. Si bien qu'elle a décidé de consacrer sa carrière à diminuer le nombre de victimes du cancer et améliorer la vie des patients. Une décision qu'elle explique dans son livre Tuer le cancer (2017). Interrogée à ce sujet, elle répond : « les gens pensent le plus souvent que le cancer se déclare soudainement et qu'il se propage très rapidement, mais c'est faux. Au cours de ces dernières décennies, nous avons appris que le processus de formation des métastases est très lent et qu'il peut durer des années ».

« Finalement, je crois que j'ai eu raison de me tourner vers la recherche », dit-elle. « Comme ça, je peux aider beaucoup de personnes à la fois, je peux améliorer leurs vies et la prolonger. Si j'étais restée médecin, je n'aurais pu aider qu'une seule personne après l'autre, mais pas toutes ».

À propos de l'Office européen des brevets

Avec près de 7 000 agents, l'Office européen des brevet (OEB) est l'une des plus grandes institutions publiques européennes. Son siège est à Munich et il dispose de bureaux à Berlin, Bruxelles, La Haye et Vienne. L'OEB a été créé avec pour objectif de renforcer la coopération sur les brevets en Europe. Grâce à sa procédure centralisée de délivrance de brevets, les inventeurs peuvent obtenir une protection par brevet de haute qualité dans non moins de 44 pays, couvrant un marché de quelque 700 millions de personnes. L'OEB est aussi le premier fournisseur au monde d'informations et de recherches en matière de brevets. https://www.epo.org/index_fr.html

Source : Communiqué de presse de l’Office Européen des brevets

Photos : Patrizia Paterlini-Bréchot et l'Office Européen des brevet