Intégrité scientifique

Si la recherche a pu pendant longtemps sembler ne concerner qu’une communauté restreinte, il apparait désormais clairement qu’elle répond à des enjeux sociétaux fondamentaux. D’une part, les retombées des travaux menés ont de nombreuses implications dans la vie de chacun et, d’autre part, dans de nombreux cas la poursuite de nouvelles recherches ne peut être envisagée que grâce à des financements publics. Dans ce contexte, tout chercheur se doit de mener ses travaux et d'en présenter les résultats de manière transparente et irréprochable pour obtenir la confiance du public comme celle de ses pairs.

Depuis plusieurs années, différentes préconisations en relation avec cet objectif ont été émises tant au niveau national qu’au niveau international. Parmi les premières, des publications récentes illustrent l’importance de la prise de conscience souhaitée par les organismes de recherche et les universités :

Si les cas de méconduites les plus flagrants (plagiat, falsification ou fabrication de résultats) sont heureusement rares, l’écho qu’ils peuvent avoir porte évidemment atteinte à la réputation des établissements dans lesquels ces faits se sont produits. Il en est de même pour des comportements limites concernant par exemple la signature des publications, l’évaluation de celles-ci ou le traitement des réponses à des appels à projets.

La politique scientifique de l’Université Paris-Sud intègre une vigilance constante concernant l’intégrité scientifique de l’ensemble des acteurs de la recherche qui y exercent leurs fonctions. Lors de sa réunion du 2 Mai 2017, la Commission de la Recherche de l’Université a adopté à l’unanimité la charte nationale de déontologie des métiers de la recherche mentionnée plus haut.

Au sein de l’Université, Patrick Berthet, Professeur de Chimie, a été nommé « référent intégrité scientifique » pour assurer, en toute confidentialité, l’instruction de tout manquement qui pourrait lui être signalé.

Contact : patrick.berthet @ u-psud.fr