Comment l'ovocyte fécondé se débarrasse des mitochondries paternelles

 

Lors de la fécondation, l’ensemble du spermatozoïde pénètre dans l’ovocyte. Pourtant, la plupart des organites apportés par celui-ci, et notamment ses mitochondries, ne sont pas transmis à la descendance. Pour la première fois, une étude franco-américaine impliquant des chercheurs du CNRS, de l’Inserm, de l’Institut Pasteur, de l’Université Paris-Sud et de l’UPMC1, a révélé comment les organites du spermatozoïde sont digérés par l’ovocyte juste après la fécondation. Ces travaux, publiés dans Science le 28 octobre 2011, pourraient permettre d’améliorer les techniques de clonage et de fécondation médicalement assistée, ainsi que de mieux comprendre les raisons évolutives de l’élimination des mitochondries paternelles.

Les mitochondries, organites cellulaires spécialisés dans la production d’énergie, possèdent leur propre génome. Or, chez la plupart des organismes, parmi lesquels les mammifères, l’ADN mitochondrial du père ne se transmet pas à la descendance : seules subsistent les mitochondries de la mère, contenues dans l’ovocyte. On ne savait pas, jusqu’à présent, comment ni à quel moment les mitochondries paternelles étaient dégradées. Les chercheurs sont parvenus à élucider cette question en utilisant comme organisme modèle le nématode C. elegans, un ver transparent de 1 millimètre de long, bien connu des laboratoires de biologie.

Les chercheurs ont montré que, quelques minutes après la fécondation, l’ovocyte enclenche un processus d’autophagie : les éléments du spermatozoïde sont séquestrés dans des vésicules puis éliminés par voie de dégradation enzymatique. Grâce à la PCR2, technique d’analyse de l’ADN, les chercheurs ont pu confirmer que peu de temps après la fécondation, tout le matériel génétique issu des mitochondries paternelles est détruit.

Ils ont ensuite inactivé la mécanique cellulaire permettant l’autophagie et observé que, dans ces conditions, les mitochondries paternelles subsistent dans l’embryon. Puis, afin de savoir si ce processus de spermatophagie est conservé chez les mammifères, ils ont cherché dans des ovocytes de souris tout juste fécondés, les marqueurs qui indiquent le début d’une autophagie. Effectivement, ils ont observé que les protéines d’autophagie de l’ovocyte se concentrent autour de la pièce intermédiaire du spermatozoïde, là où se situent les mitochondries. Ceci laisse penser que le mécanisme de dégradation découvert chez
C. elegans opère de façon analogue chez les mammifères.

Le métabolisme très actif des spermatozoïdes pourrait conduire à l’apparition fréquente de mutations dans leur ADN mitochondrial. L’ovocyte éliminerait les mitochondries paternelles afin d’éviter que ces mutations ne se perpétuent et affectent la descendance. Ces travaux ouvrent la voie à des expériences permettant de tester cette hypothèse. En effet, en inactivant la spermatophagie, on pourrait créer des organismes héritant des deux jeux de mitochondries et observer l’effet produit sur eux. Par ailleurs, ces travaux posent la question du destin des mitochondries paternelles lorsque des embryons sont créés par clonage ou grâce à des techniques avancées de fécondation médicalement assistée. Ces techniques autorisent-elles la réponse autophagique de l’ovocyte et la destruction des mitochondries paternelles qui pourraient induire des maladies ? La question est à présent ouverte.

 

1) Cette étude a été menée par les équipes de Vincent Galy au Laboratoire de biologie du développement (CNRS/UPMC) et Renaud Legouis au Centre de génétique moléculaire (CNRS).
2) PCR : Réaction en chaîne par polymérase (de l'anglais polymerase chain reaction), méthode de biologie moléculaire d'amplification d'ADN in vitro.

Références :
Post-fertilization autophagy of sperm organelles prevents paternal mitochondrial DNA transmission, Sara Al Rawi, Sophie Louvet-Vallée, Abderazak Djeddi, Martin Sachse, Emmanuel Culetto, Connie Hajjar, Lynn Boyd, Renaud Legouis et Vincent Galy, Science, 28 octobre 2011

Contacts : Chercheur CNRS : Vincent Galy - T 01 44 27 34 94 / 06 72 39 47 95 - vincent.galy @ snv.jussieu.fr
Presse CNRS : T 01 44 96 51 51 - presse @ cnrs-dir.fr
Presse Université Paris-Sud : Cécile Pérol - 01 69 15 41 99 - cecile.perol @ u-psud.fr