CP 2011

20 décembre 2011 : L’autophagie cellulaire : une clé du succès des chimiothérapies via une réponse immunitaire spécifique

Contrairement aux idées reçues, la chimiothérapie ne détruit pas à elle seule une tumeur. En plus de ces effets directs, appelés cytotoxiques, sur les cellules cancéreuses, elle permet de mobiliser le système immunitaire du patient contre sa tumeur. Guido Kroemer, professeur universitaire et praticien hospitalier à l’Université Paris Descartes – HEGP, et son équipe « Apoptose, cancer et immunité » (Institut Gustave Roussy, Inserm, Université Paris-Sud, Centre de Recherche des Cordeliers) ont démontré qu‘une mort cellulaire immunogènique est à l’origine de ce processus. Ainsi, la mort des cellules cancéreuses provoquée par la chimiothérapie stimule une réponse immunitaire spécifique contre les cellules tumorales résiduelles, et c’est cette réponse qui est responsable des effets à long terme du traitement anticancéreux.

 

16 décembre 2011 : Journées portes ouvertes à l’Université Paris-Sud

Afin de préparer au mieux leurs rentrées dans l’enseignement supérieur, l’Université Paris-Sud ouvre ses portes aux futurs bacheliers, cinq journées entre le 28 janvier et le 14 mars 2012. Sur les sites d’Orsay, Châtenay-Malabry, Sceaux et Cachan, des enseignants, étudiants et professionnels de l’orientation pédagogique présenteront l’offre de formation de l’Université Paris-Sud. Sciences, sport, droit-économie-gestion, pharmacie, médecine,… se déclinent du cursus universitaires classiques ou professionnalisants, dispensés dans le cadre de la formation initiale ou continue, à la formation en apprentissage.

 

2 décembre 2011 : Inauguration de la Classe préparatoire aux grandes écoles de l’Essouriau

Mercredi 7 décembre 2011, la Classe préparatoire aux grandes écoles «Physique, chimie, sciences de l’ingénieur» issue du partenariat entre la Faculté des Sciences de l’Université Paris-Sud et le lycée de l’Essouriau (Les Ulis), sera inaugurée par M. Alain Boissinot, Recteur de l’Académie de Versailles et Chancelier des Universités, M. Guy Couarraze, Président de l’université, Mme Sylvie Retailleau, Doyen de la Faculté des Sciences d’Orsay et Mme Danielle Morel, Proviseure du lycée de l’Essouriau.

 

24 novembre 2011 : Maladies du foie et transplantation hépatique chez l’enfant : 1000 transplantations à l’hôpital Bicêtre (AP-HP)

L’hôpital Bicêtre (Hôpitaux universitaires Paris-Sud, AP-HP) accueille le premier centre français de transplantation hépatique pédiatrique. À l’occasion de la 1000ème transplantation du foie réalisée chez l’enfant, les services d’hépatologie et de chirurgie pédiatriques, le centre national de référence de l’atrésie des voies biliaires de l’hôpital Bicêtre et l’Université Paris-Sud organisent une journée d’échange le vendredi 25 novembre 2011.

 

22 novembre 2011 : Diagnostiquer plus tôt, pour éviter  la greffe du rein

Une technique d'analyse utilisant la lumière infrarouge de grande brillance produite par le synchrotron SOLEIL a été mise en œuvre par des équipes du CNRS, de l'Université Paris-Sud, de l'Hôpital Tenon (Hôpitaux universitaires Est Parisien), et du Cancer Centre de Stoke-on-Trent (GB) pour étudier les calcifications présentes dans les reins de patients souffrant d’insuffisance rénale. Les résultats obtenus montrent qu’il devient possible d’identifier différents types de calcifications, dont certaines sont spécifiques de maladies dont le traitement est connu. Obtenues de façon précoce, ces informations permettront de traiter à temps les patients et de leur éviter la perte de leurs reins et, finalement, une greffe de rein.

 

3 novembre 2011 : Une nouvelle identité visuelle pour l’Université Paris-Sud

« Comprendre le monde, construire l’avenir » : la nouvelle signature symbolise les valeurs identitaires de l’Université Paris-Sud qui adopte, au 1er novembre 2011, une nouvelle charte graphique.

 

27 octobre 2011 : 10 ans de droit de l’espace et des télécommunications à l’Université Paris-Sud

Créer un pôle de recherche et d’enseignement sur le droit des activités spatiales et des télécommunications, voici l’ambition actée il y a 10 ans par la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris-Sud. Jeudi 3 novembre 2011, l’Institut du Droit de l’Espace et des Télécommunications (IDEST) et le Master 2 «Droit des activités spatiales et des télécommunications» issus de cette politique universitaire, se réunissent autour d’anciens étudiants, de l’équipe pédagogique et de professionnels pour une rencontre partenariale et conviviale qui revient sur la réussite de ce partenariat entre l’Université et l’entreprise, illustre son ancrage dans la société et présente ses axes de développement pour les années à venir.

 

27 octobre 2011 : Comment l'ovocytes fécondé se débarrasse des mitochondries paternelles

Lors de la fécondation, l’ensemble du spermatozoïde pénètre dans l’ovocyte. Pourtant, la plupart des organites apportés par celui-ci, et notamment ses mitochondries, ne sont pas transmis à la descendance. Pour la première fois, une étude franco-américaine impliquant des chercheurs du CNRS, de l’Inserm, de l’Institut Pasteur, de l’Université Paris-Sud et de l’UPMC , a révélé comment les organites du spermatozoïde sont digérés par l’ovocyte juste après la fécondation. Ces travaux, publiés dans Science le 28 octobre 2011, pourraient permettre d’améliorer les techniques de clonage et de fécondation médicalement assistée, ainsi que de mieux comprendre les raisons évolutives de l’élimination des mitochondries paternelles.

 

4 octobre 2011 : Fête de la science sur le campus d’Orsay de l’Université Paris-Sud

Une politique dynamique en faveur de la diffusion de la culture scientifique et technique auprès du grand public et des publics scolaires est conduite par l’Université Paris-Sud, grande université scientifique (classée 1e française au classement international de Shanghai), à travers notamment les actions menées par sa Faculté des Sciences d’Orsay.

 

20 septembre 2011 : Vers des accéléromètres à atomes froids de plus grande précision

Pour la première fois, une équipe de physiciens français (CNRS, Institut d'Optique Graduate School, Observatoire de Paris, ONERA, UPMC, Université Paris-Sud et Université de Bordeaux), soutenue par le CNES et l’ESA, a réussi à mettre au point un accéléromètre à atomes froids résistant aux vibrations. Testé lors d’un vol parabolique, ce prototype a pu mesurer des accélérations infimes, ce qui n’était possible jusqu’ici qu’en laboratoire. De quoi espérer développer bientôt des accéléromètres à atomes froids transportables et ainsi perfectionner les systèmes de positionnement et la prospection géologique, ou encore tester directement des volets de la relativité d’Einstein. Ces résultats sont publiés dans Nature communications.

 

20 septembre 2011 : L’Université Paris-Sud et l’Institut d’Optique Graduate School signent une convention de coopération

Une convention de coopération entre l’Université Paris-Sud et l’Institut d’Optique Graduate School a été signée le 13 septembre 2011. Elle concrétise la volonté de ces établissements de coopérer dans les domaines de l’enseignement, de la recherche et de l’entreprenariat. Elle propose également un modèle de fonctionnement prospectif permettant des extrapolations sur le Campus Saclay. Cette convention générale de coopération est complétée par une convention particulière, signée aussi ce jour, relative aux modalités de recrutement, d’avancement et de gestion administrative des carrières des personnels de statuts universitaires affectés à l’Institut d’Optique Graduate School.

 

19 septembre 2011 : Green, un réseau informatique autonome, économe en énergie, à routage intelligent

Créer un réseau informatique autonome, flexible et intelligent à partir d’ordinateurs quelconques, qui s’auto-configurent entre eux tout en consommant le minimum d’énergie, voici ce qu’ont mis au point  deux enseignants-chercheurs des universités Paris-Sud, Pierre-et-Marie-Curie et du CNRS. Cette technologie qui permet de créer des connectivités dans des zones pauvres en énergie, à bas coût et en terrain hostile ou en terrain dynamique (jeu, rassemblement,…) est également à l’origine du programme Commotion développé aux Etats-Unis.

 

13 septembre 2011 : Naissance des étoiles : la plupart des galaxies n’enfantent pas dans la douleur

Les observations effectuées sur le télescope spatial Herschel de l’ESA  montrent que les collisions entre galaxies ne jouent qu’un rôle secondaire dans le processus de formation des étoiles. A l’époque où la plupart des étoiles se sont formées, les quantités de gaz en jeu dans les galaxies étaient suffisantes pour engendrer « spontanément » une production nourrie d’étoiles. Ces résultats, obtenus dans le cadre du programme international GOODS-Herschel, qui réunit, côté français, des chercheurs du CEA, du CNRS, et des universités Pierre et Marie Curie, Paris Diderot, Paris-Sud et de Provence , soutenus par le CNES , décrivent un scénario de l’évolution des galaxies moins tourmenté que ne le pensaient les scientifiques. Ils sont publiés en ligne le 13 septembre dans la revue Astronomy and Astrophysics.

 

2 septembre 2011 : Les secrets d’adaptation de la «bactérie du désert»

Un consortium de chercheurs, notamment du CNRS, du CEA, de l’Inra et des Universités de la Méditerranée, Paris-Sud, Toulouse et Grenoble 1, ont réalisé l’analyse du génome de la bactérie Ramlibacter tataouinensis TTB310, appelée aussi «bactérie du désert». Le décryptage de son génome a révélé la présence du gène kaiC, un gène dont la fonction était jusqu’alors connue uniquement chez certaines bactéries photosynthétiques. Chez ces dernières, kaiC est responsable d’un mécanisme d’horloge moléculaire qui régule leur cycle cellulaire, en fonction du jour et de la nuit : on parle de rythme circadien endogène. Les résultats de cette étude suggèrent également que ce gène permettrait à la «bactérie du désert», non-photosynthétique, de caler son cycle cellulaire sur le cycle de l’eau dans les déserts chauds et secs. Cette découverte ouvre la voie à des recherches visant à comprendre le rôle des horloges moléculaires circadiennes dans l’adaptation des bactéries à leur environnement, qu’elles soient photosynthétiques ou non. Ces résultats sont publiés en ligne le 2 septembre par la revue PLoS ONE.

 

25 août 2011 : Elections dans les composantes de l’Université Paris-Sud

La Faculté des sciences d’Orsay et l’IUT de gestion et de commerce de Sceaux, deux composantes de l’Université Paris-Sud ont élu, lors de leur conseils de fin d’année leur doyen et directeur respectifs. Sylvie Retailleau a été élue Doyenne de la Faculté des Sciences de l’Université Paris-Sud. Elle prendra ses fonctions au 1er septembre 2011. Jean-Gilles Mbianga a été renouvelé à la direction de l’IUT de Sceaux pour un second mandat.

 

26 juillet 2011 : Journées européennes du patrimoine sur le campus d’Orsay de l’Université Paris-Sud

Les samedi 17 et dimanche 18 septembre 2011, la Faculté des sciences de l’Université Paris-Sud ouvre ses portes à l’occasion des Journées européennes du patrimoine. A travers trois temps forts, découvrez (i) la chimie à Orsay : des laboratoires à votre assiette, (ii) l’anneau de collisions d’Orsay : une approche de la physique des particules et (iii) venez goûter les pommes du verger conservatoire René Nozeran.

 

20 juillet 2011 : Une classe préparatoire aux grandes écoles et aux études universitaires

Une Classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) «Physique, chimie, sciences de l’ingénieur» issue d’un partenariat entre la Faculté des sciences de l’Université Paris-Sud et le lycée de l’Essouriau (Les Ulis), va ouvrir en septembre 2011. Ce cursus s’inscrit dans l’opération «les cordées de la réussite», un réseau de solidarité établi entre l’Université Paris-Sud et plusieurs lycées situés principalement en Essonne qui a pour objectif d’aider les élèves à s’engager dans la voie des études longues après le baccalauréat.

 

7 juillet 2011 : Contamination au tritium à forte dose : quels effets sur les cellules du sang ?

Des chercheurs de l’unité mixte  CEA/Inserm/Université Paris-Sud 11/Université Paris Diderot - Paris 7 ont utilisé un modèle de greffe de cellules souches hématopoïétiques  pour observer les effets potentiels à long terme d’une contamination par le tritium, notamment en termes de cancérogénèse. Leurs travaux montrent que des doses élevées de thymidine tritiée , si elles induisent un ralentissement de la prolifération des cellules souches hématopoïétiques à court terme, n’entraînent pas de transformation leucémique à long terme chez le rongeur. Ces travaux constituent une étape importante pour permettre une meilleure évaluation des risques pour l’Homme d’une exposition au tritium. Ils sont publiés en ligne par la revue International Journal of Radiation Biology.

 

30 juin 2011 : Cérémonie de remise des diplômes de doctorat de l’Université Paris-Sud

Vendredi 1er juillet 2011, l’Université Paris-Sud organise pour la première fois, une cérémonie de remise des diplômes de doctorat. 658 docteurs ont soutenu leur thèse à l’Université Paris-Sud entre le 1er mai 2010 et le 30 avril 2011. Cet évènement, qui rassemblera les docteurs des 19 écoles doctorales de l’université et leurs proches, s’inscrit dans le cadre des festivités des 40 ans de l’Université Paris-Sud.

 

20 juin 2011 : Premier forum de recrutement des apprentis de la région d’Orsay

Mardi 21 juin 2011, de 8h30 à 13h, à la salle des fêtes de Courtaboeuf , se déroulera le premier forum de recrutement pour l’apprentissage sur la région d’Orsay. L’Université Paris-Sud et sa Faculté des Sciences, l’ADEZAC , et le Centre de formation d’apprentis Union, associés au Syndicat mixte Courtaboeuf développement, sont à l’origine de cette rencontre entre les candidats à l’apprentissage et les entreprises de la région.

 

9 juin 2011 : Au sein de l’Université Paris-Sud l’IUT d’Orsay fête ses 40 ans

L’IUT d’Orsay, spécialisé dans les formations professionnalisantes de niveau licence en informatique, mesures physiques et chimie, célèbrera ses 40 ans les mercredi 15 et jeudi 16 juin 2011. Composante de l’Université Paris-Sud 11, qui fête tout au long de l’année 2011 son quarantième anniversaire, l’IUT d’Orsay propose à ses étudiants anciens et actuels, ses enseignants, ses intervenants et partenaires industriels deux jours de célébrations.

 

31 mai 2011 : Signature de la convention quadriennale entre l’Université Paris-Sud 11 et le CNRS

La convention quadriennale 2010-2013 entre l’Université Paris-Sud 11 et le CNRS a été signée, le 24 mai 2011, par les présidents respectifs des deux établissements, M. Guy Couarraze et M. Alain Fuchs.

 

30 mai 2011 : Les résultats d'un concours d'avenir

« Paris-Sud, université verte » est le projet qui a remporté le Prix de la Fondation Paris-Sud Université, dans le cadre du concours 40 idées pour l’avenir lancé par l’Université Paris-Sud 11, à l’occasion de ses 40 ans. Trois autres projets ont également été retenus et seront soutenus par l’université elle-même.

 

25 mai 2011 : Mortalité par accident vasculaire cérébral après cancer de l’enfant

Une étude menée par l’équipe de Florent de Vathaire (Directeur de Recherche Inserm, Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé des Populations – Université Paris-Sud 11 – Institut de cancérologie Gustave Roussy) s’est intéressée à la relation entre la dose de rayonnements ionisants reçue au niveau du cerveau durant le traitement par radiothérapie d’un cancer de l’enfant et le risque à long terme de décès par pathologie cérébrovasculaire.
Cette étude vient d’être publiée sur le site Internet de la revue BRAIN.

 

24 mai 2011 : Coup d’envoi du Pôle Entrepreneuriat Étudiant Paris Saclay

Jeudi 26 mai, à 17h30, sera donné le coup d’envoi du Pôle Entrepreneuriat Étudiant Paris Saclay (PEEPS). Ce pôle regroupe 11 partenaires académiques et 13 partenaires économiques d’Ile-de-France pour 50 000 étudiants. PEEPS fait partie des 20 lauréats de l’appel à projets du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Secrétariat d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme. La soirée de lancement du PEEPS se déroulera à l’IUT d’Orsay de l’Université Paris-Sud 11 rythmée par la présentation du pôle, des échanges avec les partenaires académiques et une table ronde « PEEPS et l’entreprise ». Vous êtes invités à venir assister à ce coup d’envoi du Pôle Entrepreneuriat Étudiant Paris Saclay.

 

23 mai 2011 : Les intuitions en géométrie sont-elles universelles ?

Tous les êtres humains seraient disposés à comprendre la géométrie élémentaire, indépendamment de leur culture ou de leur niveau d'éducation. Telle est la conclusion d’une étude réalisée par le CNRS, l’Inserm, le CEA, le Collège de France, l’université de Harvard ainsi que les universités Paris Descartes, Paris-Sud 11 et Paris 8 . Elle a été menée sur des Indiens d’Amazonie vivant dans un territoire isolé, n’ayant pas étudié la géométrie à l’école et dont la langue possède peu de vocabulaire géométrique. Leur compréhension intuitive des concepts géométriques élémentaires a été comparée à celle de populations ayant, au contraire, appris la géométrie à l’école.  Les chercheurs ont ainsi mis en évidence que tous les êtres humains seraient capables de faire preuve d’intuitions en géométrie. Cette aptitude n’émergerait cependant qu’à partir de 6-7 ans. Elle pourrait être innée ou bien acquise jeune lorsque l’enfant appréhende l’espace qui l’entoure. Ces travaux sont publiés dans les PNAS.

 

10 mai 2011 : Journées d'inauguration de la Fondation mathématique Jacques Hadamard

Les journées d'inauguration de la Fondation mathématique Jacques Hadamard (FMJH) se tiendront les 17 et 18 mai prochain à l'Université Paris-Sud et à l'École Polytechnique. Ces journées visent à faire connaître la FMJH auprès de la communauté mathématique française et internationale, du monde académique en général, mais aussi des étudiants et des entreprises.

 

9 mai 2011 : GIST : une découverte qui devrait permettre d’augmenter les taux de guérison

Le Pr Laurence Zitvogel, directrice de recherche de l’unité U1015 (Inserm-Institut Gustave Roussy-Univ. Paris-Sud 11) à l’Institut de cancérologie Gustave Roussy (IGR, Villejuif) et son équipe, viennent d’identifier un nouveau marqueur pronostique chez des patients atteints de tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST). Ce facteur est responsable d’une moindre réponse au traitement standard, l’imatinib. Il s’agit de la forme NKp30c du récepteur NKp30, présent à la surface de cellules immunitaires appelées lymphocytes « natural killer » (NK), qui jouent un rôle dans la réponse au traitement par imatinib. L’équipe a mis en évidence que le récepteur NKp30 pouvait prendre différentes formes chez les patients. La forme NKp30c n’est pas capable d’activer une voie de défense immunitaire contre la tumeur. Elle est liée à un moins bon pronostique que les deux autres NKp30a et NKp30b. La forme NKp30c est due à une mutation du gène codant pour NKp30 en position 3790. Ces découvertes devraient permettre d’augmenter les taux de guérison des patients atteints de GIST. Ces travaux viennent d’être publiés, hier, sur le site Internet de la prestigieuse revue scientifique Nature medicine.

 

7 avril 2011 : Globules rouges ou cellules immunitaires : un équilibre sous le contrôle de la protéine TIF1ץ

Des chercheurs de l’unité mixte CEA/Inserm/Université Paris-Sud 11/Université Paris Diderot - Paris 7 viennent de montrer que la protéine TIF1ץ joue un rôle essentiel dans le contrôle de l’hématopoïèse, ensemble des mécanismes qui assure le remplacement continu et régulé des différentes cellules sanguines. Au cours de l’hématopoïèse, deux protéines, TAL1 et PU.1, vont favoriser la fabrication des globules rouges et des plaquettes, pour l’une, et des cellules immunitaires, pour l’autre. Cependant le processus permettant, en fonction des besoins de l’organisme, le passage ou commutation2 d’une voix de production à une autre restait un mystère. Un mystère désormais élucidé avec la publication en ligne par la revue Cell Stem Cell, le 7 avril, des travaux des chercheurs qui ont démontré le rôle de la protéine TIF1ץ dans cette commutation. Au-delà de leur intérêt fondamental ces résultats font de TIF1ץ une cible potentielle pour induire la production sélective de ces différents types cellulaires dans les nombreuses situations pathologiques associées à leur altération, comme par exemple l’anémie ou l’aplasie.

 

6 avril 2011 : Leucémie : de nouveaux modèles pour développer des traitements en cas de rechute

Si les traitements disponibles pour soigner les leucémies sont de plus en plus performants, dans 20 à 50% des cas, une rechute peut se produire. Les  leucémies qui se développent alors sont en général particulièrement résistantes aux traitements. La collaboration entre des chercheurs et cliniciens du CEA, de l’Inserm, de l’AP-HP et des universités Paris-Sud 11, Paris Diderot-Paris 7 et Pierre et Marie Curie a permis de mettre au point, chez la souris, un modèle de greffe reproduisant les leucémies développées par les patients en rechute. Ce modèle constitue un outil précieux pour tester de nouvelles molécules ou de nouvelles associations de traitements efficaces en cas de rechute. Ces travaux ont été publiés en ligne le 4 avril  par la revue J. Exp. Med.

 

30 mars 2011 : Astrophysique : les astronomes visent le cœur des géantes rouges

Une équipe internationale incluant des chercheurs du LESIA  (Observatoire de Paris, CNRS, Université Pierre et Marie Curie, Université Paris Diderot), de l’AIM  (CEA-Irfu , CNRS, Université Paris Diderot) et de l’IAS  (CNRS, Université Paris-Sud 11) vient de réussir à mesurer des oscillations qui sondent directement le cœur des géantes rouges.  Avec les données des satellites Kepler de la Nasa et CoRoT du CNES, les astrophysiciens accèdent aujourd’hui directement au cœur de ces étoiles, un domaine jusqu’ici opaque aux diverses analyses. Les chercheurs ont utilisé la sismologie stellaire, qui consiste à analyser les très faibles variations de luminosité d’une étoile, qui traduisent les oscillations de sa structure. Ils ont pu distinguer où se situent les réactions de fusion nucléaire, selon les cas au cœur même de l’étoile ou dans des couches plus externes : une découverte majeure pour la compréhension des étoiles géantes rouges, car jusqu’ici rien ne permettait aux astronomes d’isoler ces deux étapes particulières de la vie d’une étoile.

Les résultats sont publiés dans la revue Nature du 31 mars 2011.

 

23 mars 2011 : Chimie et santé : de la molécule au médicament

«Chimie et santé : de la molécule au médicament» est l’intitulé du colloque organisé par l’Université Paris-Sud 11, à l’occasion de l’Année internationale de la chimie. A travers cette manifestation, l’Université Paris-Sud 11 renoue avec la tradition des colloques transversaux à ses thématiques de recherche et d’enseignement.

Ce colloque, ouvert à tous, étudiants, grand public, chercheurs et enseignants-chercheurs, est organisé en partenariat avec le magazine La Recherche et avec le soutien du CNRS, de l’Inserm et du CEA. Il se tiendra jeudi 5 mai 2011, de 8h30 à 18h30, à la Cité internationale universitaire de Paris, Espace Adenauer (17 bd Jourdan, Paris 14e - RER B Cité Universitaire).

 

22 mars 2011 : Festival Ciné-Droit, le travail

La faculté Jean-Monnet de l’Université Paris-Sud 11 et la ville de Sceaux organisent, du 30 mars au 5 avril 2011, la troisième édition du festival Ciné-Droit, sur le thème du travail. Sous la présidence d’Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, directeur de recherche en histoire à l’université Paris Diderot - Paris 7, et avec la participation de François Doubin, ancien ministre du Commerce, de l’artisanat et de la consommation, ainsi que des réalisateurs Jean-Michel Carré et Christian Rouaud.

 

1er mars 2011 : Invitation presse : LES SUPRACONDUCTEURS

Une journée de visite dans les laboratoires du campus Paris-Saclay, jeudi 10 mars 2011

A l’occasion des 100 ans de la supraconductivité, le CEA, le CNRS et l’Université Paris-Sud 11 vous ouvrent les portes de leurs laboratoires afin de vous faire découvrir les enjeux de la recherche fondamentale menée aujourd’hui sur la supraconductivité et quelques-unes des applications qu’elle a engendrées.

 

16 février 2011 : Campus Paris Saclay : l’Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay, première opération lancée pour l’Université Paris-Sud 11

Dans le cadre du projet Campus Paris Saclay et des nouvelles implantations de l’Université Paris-Sud 11 sur le plateau de Saclay, le Comité de Pilotage Interministériel  chargé du suivi du projet, a validé le 10 février 2011 le lancement de l’Institut des Sciences Moléculaires d’Orsay (ISMO, Université Paris-Sud 11/CNRS).

 

7 février 2011 : Premier instantané du Soleil à 360°

Pour la première fois, le Soleil est visible dans son intégralité. Observer le Soleil à 360°, au même instant, est rendu possible grâce aux deux sondes jumelles de la mission STEREO de la NASA. Des chercheurs français du CNRS, de l’Observatoire de Paris, des universités Paris-Sud 11, Pierre et Marie Curie, Paris Diderot et Toulouse 3, participent, avec le soutien du CNES, à trois des quatre instruments embarqués à bord de ces sondes. Les scientifiques peuvent désormais suivre l'évolution des structures solaires pendant toute leur durée de vie. Ils espèrent notamment mieux appréhender les éjections de masse solaire et leurs impacts sur la Terre.

 

31 janvier 2011 : Des « investissements d’avenir » pour l’Université Paris-Sud 11

Quatre projets de cohorte sur les 10 retenus par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche impliquent des équipes de recherche de l’Université Paris-Sud 11. Ce sont également huit projets d’«équipements d’excellence» dans lesquels interviennent des laboratoires de l’université qui seront financés dans le cadre des investissements d’avenir. Ces résultats illustrent l’excellence des projets de recherche initiés au sein de l’Université Paris-Sud 11 et sa volonté de s’inscrire dans une recherche de pointe, ambitieuse et cohérente avec ses établissements partenaires.

 

20 janvier 2011 : Le premier médicament contre l’hépatite fulminante mis à l’essai

L’hépatite aiguë sévère et fulminante peut avoir pour origine une cause toxique (médicaments, champignons vénéneux, facteur d’environnement) ou infectieuse (hépatites virales). Elle peut entraîner une défaillance du foie, mortelle dans certains cas faute de transplantation hépatique.

À ce jour, aucun traitement n’existe contre ces formes d’hépatite. Des chercheurs de l’Inserm et de l’Université Paris-Sud 11 au sein de l’Unité « Pathogenèse et traitement de l'hépatite fulminante et du cancer primitif du foie » ont développé une protéine recombinante médicament HIP/PAP qui agit sur le processus de régénération hépatique en protégeant les hépatocytes de la mort cellulaire et en stimulant leur prolifération. Cette protéine fait actuellement l’objet d’une évaluation chez les patients dans le cadre d’un essai clinique de phase 2, et pourrait constituer dans les prochaines années une nouvelle classe de médicaments de l’insuffisance hépatocellulaire aiguë.

 

18 janvier 2011 : Une rencontre avec des professionnels pour donner un sens à ses études

La Faculté des sciences de l’Université Paris-Sud 11 accueille samedi 22 janvier 2011, la «16e rencontre avec les professionnels ». Cette manifestation permet aux lycéens de la région de s’entretenir concrètement sur les métiers qu’ils envisagent avec des professionnels du domaine.

 

12 janvier 2011 : Microélectronique : un gaz d'électrons à la surface d'un isolant ouvre la voie du transistor multi-fonctions

Des chercheurs du CNRS et de l’Université Paris-Sud 11 ont découvert  comment créer une couche conductrice à la surface d’un matériau isolant et transparent très étudié pour la microélectronique du futur, le titanate de strontium (SrTiO3). Cette couche conductrice de deux nanomètres d’épaisseur est un gaz d’électrons métallique bidimensionnel qui fait partie du matériau. Facilement réalisable, elle ouvre des perspectives pour l’électronique à base d’oxydes de métaux de transition (la famille de SrTiO3), qui cherche à profiter de l’énorme variété des propriétés physiques de ces matériaux (supraconductivité, magnétisme, thermoélectricité, etc.) pour intégrer plusieurs fonctionnalités différentes dans un même dispositif microélectronique. Cette découverte inattendue, mise en évidence au synchrotron SOLEIL, est publiée dans la revue Nature du 13 janvier 2011.

 

4 janvier 2011 : Origine de la vie sur Terre : l’asymétrie « naturelle » des molécules biologiques viendrait de l’espace

Certaines molécules existent sous deux formes qui sont l’image symétrique l’une de l’autre dans un miroir : elles sont dites chirales. Or, sur Terre, les molécules chirales du vivant, notamment les acides aminés et les sucres, ne sont présentes que sous une seule forme : gauche ou droite. Comment la vie a-t-elle privilégié l’une de ces deux formes au détriment de l’autre ? Un consortium réunissant plusieurs équipes françaises piloté par Louis d’Hendecourt, directeur de recherche CNRS à l’Institut d’astrophysique spatiale (Université Paris-Sud 11 / CNRS), a pour la première fois obtenu un excès de molécules de forme gauche (puis un excès de forme droite) dans des conditions reproduisant celles de l’espace interstellaire. Ce résultat rend donc possible une origine « cosmique » de l’asymétrie des molécules biologiques sur Terre. Les chercheurs suggèrent également que la nébuleuse solaire s’est formée dans une zone d’étoiles massives. Ces travaux viennent d’être publiés en ligne sur le site de The Astrophysical Journal Letters. Réalisée au synchrotron SOLEIL, cette expérience a été menée en collaboration avec le Laboratoire de chimie des molécules bioactives et des arômes (Université de Nice/CNRS) et a bénéficié du soutien du CNES.