Communiqués 2017

 

2 mai 2017 : Prédire l'efficacité d'un traitement dans le cancer du poumon grâce à deux prises de sang

4% des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC) sont porteurs du réarrangement de gène ALK. Les chercheurs de Gustave Roussy, de l’Inserm et de l’Université Paris-Sud démontrent que l’on peut aujourd’hui prédire l’efficacité de leur traitement (crizotinib) grâce à deux prélèvements sanguins. Ces prises de sang (avant et 2 mois après le début du traitement) permettent de mesurer la variation du nombre de cellules tumorales circulantes1 (CTC) porteuses d’une anomalie génétique particulière (nombre anormal de copies du gène ALK). Une diminution du nombre de ces cellules permet de prédire une survie sans rechute plus longue chez ces patients.

 

14 avril 2017 : Expérience Pilot : les poussières interstellaires étudiées depuis un ballon

L’expérience d’astrophysique Pilot sera lancée dans quelques jours sous un ballon stratosphérique depuis Alice Springs, au centre de l’Australie. Le but est d’observer la polarisation de l’émission des grains de poussières présents dans le milieu interstellaire de notre Galaxie et des galaxies proches.

 

12 avril 2017 : VitaDX, ONERA et SATT Paris-Saclay : un partenariat stratégique au service de la santé

Allan Rodriguez, Directeur Général de VitaDX, Xavier Apolinarski, Président de la SATT Paris-Saclay et Didier Barberis, Responsable Transfert de technologie et de valorisation à l’ONERA vont signer le 26 avril 2017 un contrat de transfert contractualisant une collaboration engagée depuis plusieurs mois. L’objectif de cette collaboration : développer une solution logicielle d’intelligence artificielle d’aide au diagnostic pour la détection précoce du cancer de la vessie.

 

1er avril 2017 : Les médecins-chercheurs de l'Institut Gustave Roussy apportent la preuve de l'intérêt des analyses génomiques à haut débit dans le cancer.

Dans une étude publiée le 1er avril 2017 dans la prestigieuse revue Cancer Discovery, les équipes de recherche de Gustave Roussy, de l’Inserm et de l’Université Paris-Sud démontrent que l’analyse du portrait moléculaire de la tumeur cancéreuse permet d’identifier la thérapie adaptée et d’améliorer le pronostic des patients face au cancer. MOSCATO, la plus importante étude menée à ce jour en médecine de précision, le prouve pour la première fois.

 

30 mars 2017 : Projet CARBAMAT : vers une avancée médicale pour limiter la résistance aux antibiotiques

La SATT Paris-Saclay soutient le projet CARBAMAT qui vise à lutter contre la résistance aux antibiotiques en développant des inhibiteurs de carbapénèmases, ces dernières étant des molécules produites par certaines bactéries et entrainant des résistances aux antibiotiques. Il est issu des recherches menées par l’Université Paris-Sud, le CNRS, le CEA, l’Inserm et l’AP-HP.

 

28 mars 2017 : Des synapses électroniques capables d’apprendre : vers un cerveau artificiel ?

Des chercheurs du CNRS, de Thales et des Universités de Bordeaux, de Paris-Sud, et d’Evry viennent de créer une synapse artificielle capable d’apprendre de manière autonome. Ils ont également réussi à modéliser ce dispositif. Cette dernière étape est fondamentale pour élaborer des circuits plus complexes.

 

20 mars 2017 : Les nanomachines s’équipent d’une boîte de vitesse contrôlée par la lumière

Mises à l’honneur par le prix Nobel de chimie 2016, les nanomachines fournissent un travail mécanique aux plus petites échelles. À ces dimensions, les moteurs moléculaires ne peuvent cependant produire ce travail que dans un seul sens. Des chercheurs de l’Institut Charles Sadron du CNRS, menés par Nicolas Giuseppone, professeur à l’Université de Strasbourg, en collaboration avec le Laboratoire de mathématiques d’Orsay (CNRS/Université Paris-Sud), sont parvenus à développer des machines moléculaires plus complexes capables de fournir un travail dans un sens, puis dans l’autre.

 

8 mars 2017 : Le manque de sommeil altère le cerveau des ados

Ne pas assez dormir ou se coucher trop tard entraine une diminution du volume de matière grise du cerveau des adolescents. Ces conclusions ont été obtenues par des chercheurs de l'Inserm de l'Unité 1000 "Neuroimagerie et psychiatrie" (Inserm/Université Paris-Descartes/Université Paris-Sud) qui ont étudié le cerveau et les habitudes de sommeil de 177 élèves de 14 ans.

 

1er mars 2017 : Drépanocytose : rémission des signes de la maladie chez le premier patient au monde traité par thérapie génique

Une équipe dirigée par le Pr. Marina Cavazzana a réalisé à l’hôpital Necker-Enfants malades, AP-HP et à l’Institut Imagine (AP-HP/Inserm/Université Paris Descartes) en octobre 2014 une thérapie génique dans le cadre d’un essai clinique de phase I/II chez un patient de 13 ans atteint de drépanocytose sévère.

 

23 février 2017 : Bronchiolite : pourquoi elle ne touche que les nourrissons

Dans une étude parue le 21 février 2017 dans la prestigieuse revue Immunity, des chercheurs de l’Institut Pasteur de Paris et de Shanghai, de l’hôpital Bicêtre AP-HP, de l’Université Paris-Sud et du CNRS rapportent la découverte d’un nouveau groupe de cellules immunitaires de type lymphocytes B, présents uniquement chez les nourrissons, et constituant la cible privilégiée du virus de la bronchiolite.

 

22 février 2017 : Lasers ultra-brefs et optiques de pointe : la plateforme Attolab inaugurée sur le plateau de Saclay

Inaugurée le mercredi 22 février, la plateforme Attolab rassemble trois installations laser uniques au monde dédiées à l’étude de la dynamique ultra-rapide de la matière sous toutes ses formes : gaz, condensée (liquide ou solide), plasmas.

 

24 janvier 2017 : Une nouvelle Directrice pour l’Observatoire des Sciences de l’Univers de l’Université Paris-Sud

Par arrêté de la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en date du 14 décembre 2016, publié au JO du 8 janvier  2017, Nabila Aghanim, directrice de recherche au CNRS, est nommée  Directrice de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de l’Université Paris-Sud.

 

23 janvier 2017 : Première spectroscopie de 110Zr : ni une sphère, ni une pyramide... mais un ellipsoïde !

Une équipe internationale, conduite par le CEA et ses partenaires de l’institut de recherche japonais RIKEN, a pu déterminer expérimentalement la structure d’un noyau de zirconium très riche en neutrons (110Zr), une première qui remet en cause les théories employées jusque-là. Produit par l’accélérateur japonais RIBF et analysé grâce au détecteur MINOS, ce noyau lourd s’avère plus déformé que ce que les modélisations prévoyaient. Ces travaux, menés en collaboration avec le CNRS et les Universités de Lyon et de Paris-Sud, sont publiés le 18 janvier dans Physical Review Letters et font l’objet d’une suggestion de l’éditeur.

 

11 janvier 2017 : Pose de la 1ère pierre de la Maison d'Initiation et de Sensibilisation aux Sciences

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Daniel Filâtre, Recteur de l’Académie de Versailles Chancelier des universités, Gilles Bloch, Président de l’Université Paris-Saclay, Sylvie Retailleau, Présidente de l’Université Paris-Sud, ont le plaisir de vous inviter à la pose de la 1ère pierre de la Maison d’Initiation et de Sensibilisation aux Sciences (MISS) le jeudi 12 janvier 2017, à 10h30, au Bâtiment 204 du Campus Vallée de l’Université Paris-Sud.

 

11 janvier 2017 : pourquoi parlons-nous "bébé" aux chiens ?

Lorsque nous parlons amicalement à un chien, nous changeons d’intonation comme s’il s’agissait d’un bébé humain. Quelles sont les causes de ce changement ? Le visage attendrissant d’un chiot pourrait expliquer notre comportement, cependant une étude vient de montrer que nous continuons de parler “bébé” à des chiens adultes. De plus, alors que les chiots sont très réactifs au “parler bébé”, les chiens plus âgés n’y prêtent pas plus attention qu’au langage normal.

 

6 janvier 2017 : Journées portes ouvertes à l'Université Paris-Sud

En février et mars 2017, l'Université Paris-Sud ouvre ses portes aux lycéens et aux étudiants pour leur permettre de découvrir la très large palette de formations qu’elle propose. Des enseignants, étudiants et professionnels de l’orientation pédagogique seront présents pour répondre aux questions et apporter leurs conseils pour une orientation réussie. L’Université Paris-Sud sera également présente sur plusieurs salons afin de rencontrer des étudiants extérieurs et de les aider à construire leur parcours d'étude.