Lancement réussi de Planck et Herschel

 

Le lancement par Ariane 5 des satellites de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) Planck et Herschel le 14 mai à 15h12 (heure de Paris) a été un succès.

Lancement réussi de Planck

La séparation des deux satellites a eu lieu comme prévu un peu moins d'une demi-heure après le lancement. La retransmission en haute définition en direct à l'IAS a attiré de nombreux personnels et étudiants de la faculté ainsi que des médias (TV, presse écrite). Tous ont pu suivre en direct de Kourou la tension du lancement, et partager l'émotion et la joie des équipes de l'IAS.

Retansmission du lancement à l'IAS

Herschel et Planck révolutionneront notre connaissance du cosmos. Ils représentent également une prouesse technologique pour laquelle l’ESA et le CNES ont mobilisé une centaine de partenaires industriels (Thales-Alenia-Space, Air Liquide, etc.), le CNRS et de nombreuses universités, dont Paris-Sud 11, ainsi que des laboratoires en Europe, aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

Herschel, pointera plusieurs régions du ciel avec son télescope dont le miroir principal en une pièce de 3,5 mètres de diamètre est le plus grand jamais envoyé dans l'espace. Il observera dans l'infrarouge lointain et le submillimétrique (de 60 à 500 microns de longueur d'onde). L'IAS est impliqué dans Herschel au travers de programmes scientifiques visant à étudier la poussière de notre Galaxie et la formation d'étoiles dans les galaxies lointaines. L'IAS est aussi responsable d'une partie du traitement des données.

Planck, aux sources du Big Bang, observera la totalité du ciel en 6 mois, et sa durée de vie estimée à 2 ans et demi permettra d'obtenir des mesures ultimes du rayonnement fossile. Il obtiendra des images du ciel dans le domaine submillimétrique et centimétrique (de 350 microns à 1 centimètre de longueur d'onde). Pour mesurer avec une précision inégalée le rayonnement de fond cosmologique à 2,7K, en particulier les fluctuations de son intensité et de sa polarisation, l'instrument HFI est composé de bolomètres refroidis à 100mK  (soit environ -273C). Les données de Planck permettront de plus d'étudier notre Galaxie, les galaxies et les amas de galaxies lointains.

L'IAS est le maître d'œuvre et responsable scientifique du principal instrument à bord de Planck, HFI -High Frequency Instrument- (P.I. Jean-Loup Puget), qui a été développé dans une grande collaboration internationale et nationale, à laquelle un autre laboratoire du campus, le LAL, a participé.

L'instrument HFI a été mis sous tension quelques heures après le lancement. Les équipes de l'ESOC (European Space Operations Centre, Darmstadt, Allemagne) et de l'IAS Orsay, où les données arrivent en temps réel, ont pu vérifier que le fonctionnement était nominal. C'est une étape cruciale qui vient de se dérouler, après plus de 15 ans d'efforts des équipes impliquées - la première proposition date de 1993.

Les tests en vol de Planck-HFI se dérouleront jusqu'au mois d'août. Durant cette période, le télescope de Planck se refroidira, l'instrument HFI atteindra sa température de fonctionnement de 0.1K, et le satellite rejoindra son but, le point de Lagrange L2, situé à environ 1500000 km de la Terre (environ 4 fois la distance Terre-Lune).

 Pour suivre l'actualité de Planck et son instrument HFI nous vous invitons à consulter le site : http://www.ias.u-psud.fr/planck_daily

L'équipe Planck-HFI de l'IAS