Master Ingénierie nucléaire - Université Paris-Saclay

Objectif de la formation

Le Master Ingénierie Nucléaire a pour objectif de faire acquérir à des étudiants étrangers et français de haut niveau, les principaux savoirs nécessaires à l’industrie nucléaire. Il permet aux industriels ou aux entreprises qui recrutent ces étudiants de gagner un temps précieux dans leur employabilité initiale grâce à la qualité et à l’étendue des contenus traités. Ce Master vise aussi à préparer les étudiants à la recherche dans le domaine du nucléaire (Physique des réacteurs, modélisation et simulation, instrumentation). Ce Master est porté par un consortium très important d’établissements à caractère académique (Université Paris-Sud, ParisTech, Supélec, École Centrale Paris, INSTN) avec le support d’établissements industriels (EDF, AREVA, CEA). Il veut être une référence tant sur le plan national qu’international.

Compétences

En 1ère année de master (M1) : les éléments essentiels de connaissances en physique, sciences de l’ingénieur et en chimie nécessaires et orientés vers le nucléaire. Physique nucléaire et neutronique, matériaux du nucléaire, génie des procédés et chimie des milieux réactionnels, économie du nucléaire et mécanique des fluides.

En 2ème année de master (M2) : Sûreté nucléaire et méthodologie associées, management d’équipe et de projets, gestion des risques et impact sur l’environnement et règles associées,

Une unité d'enseignement « Langue et culture » en M1 permet à tous les étudiants, français et étrangers, de compléter leur savoir linguistique. En dehors du cours de langue proprement dit, tous les enseignements en M1 et en M2 sont en anglais (près de 2500 h en tout). Pour les élèves non francophones, des cours de français et des cours d’ouverture à la culture française sont donnés. Pour les élèves francophones, des cours d’anglais et des cours d’ouverture sur des cultures étrangères sont donnés.

Compétences communes en termes de compétences métier (savoir, savoir-faire, savoir-être) :

La formation propose une préparation à la Recherche et à l'insertion dans un grand groupe industriel; ce Master permet au jeune diplômé d’acquérir des compétences variées : capacité d’analyse globale d’un problème interdisciplinaire (en tenant compte des paramètres autres que scientifiques et techniques, à savoir économiques, sociaux, humains, politiques, environnementaux..), capacité à imaginer diverses solutions innovantes, capacité à choisir de façon raisonnée entre ces solutions, capacité à mettre en oeuvre la solution retenue avec succès.

Localisation de la formation

  • INSTN et PSud pour le M1 et les cours de tronc commun du M2
  • Decommissioning and Waste Management (DWM) : Ponts ParisTech et Centrale Paris
  • Fuel Cycle (FC) : Chimie ParisTech
  • Operations (O) : Supélec et Centrale Paris
  • Nuclear Plant Design (NPD) : ENSTA ParisTech
  • Nuclear Reactor Physics and Engineering (NRPE) : INSTN

Liens avec la recherche

La filière nucléaire française, internationalement reconnue, est un fleuron de notre industrie. Pour consolider sa position de leadership, la France doit relever deux défis :

Le 1er est à l’échelle nationale. Il s’agit d’entretenir au meilleur niveau les compétences et de développer l’innovation pour améliorer sans cesse la sûreté et l’efficacité des installations. Il s’agit également de continuer à investir dans la recherche à caractère scientifique et technologique pour préparer le futur du nucléaire et, en particulier, l’avènement des systèmes de 4ème génération.
Le 2nd défi est à l’échelle internationale avec l’ouverture de marché à l’export, dans un environnement éminemment concurrentiel.

La filière nucléaire française s’appuie sur un socle de recherche et de recherche et développement extrêmement solide en lien direct avec la formation. Tous les axes stratégiques du nucléaire, en matière de recherche, sont déclinés et distillés dans la formation proposée par le Master Ingénierie Nucléaire : amélioration de la sûreté, amélioration des performances, systèmes de 4ème génération, cycle du combustible, gestion des déchets nucléaires, déconstruction des installations existantes.

Le lien entre la formation et les axes de la recherche s’effectue à la fois par l’intermédiaire des enseignants et des enseignants-chercheurs (il est à noter qu’une partie assez importante du corps enseignant du Master Ingénierie Nucléaire exerce son activité dans l’industrie, CEA, EDF, AREVA, ANDRA, IRSN pour ne citer que les principaux) et par les stages dans les laboratoires de recherche, industriels en particulier.

Des représentants de la recherche académique et de la recherche industrielle sont directement associés, dans le cadre du Comité de direction exécutif (Comité Décisionnel), présidé par EDF, au pilotage du Master. Ils sont les garants du maintien du couplage étroit entre la formation et les axes stratégiques de la recherche.

Débouchés par parcours type de formation

Parcours 1 : Decommissioning and Waste Management (DWM)

Les emplois visés par cette spécialité concernent, d'une part, les métiers liés à la gestion et au traitement des déchets radioactifs (hors combustible), et, d'autre part, les métiers liés au démantèlement des installations nucléaires de toutes natures. La formation est ainsi fondamentalement orientée vers des objectifs professionnels (métiers de l’ingénieur, gestion de projet, apprentissage par problème et par projet, technico-économie) grâce à l’enseignement délivré principalement par des professionnels du secteur. Une poursuite en recherche (thèse) est également possible, vu les problématiques scientifiques et techniques sous-jacentes traitées.

La formation de cette spécialité ouvre notamment sur des emplois tels que:
• Ingénieur d'études, chargés de concevoir la nature des opérations de déconstruction et leur planification, ou chargés de concevoir les entreposages et les stockages de déchets générés
• Ingénieur de réalisation, chargés de conduite et de surveillance des opérations sur site
• Ingénieur d'exploitation des installations d'entreposage ou de stockage des déchets.
Ces emplois sont notamment chez :
• les exploitants de centrales électronucléaires (EDF, GDF-SUEZ…) ou d'autres installations nucléaires (AREVA, CEA…), tant en France qu'à l'étranger, qui ont en charge la déconstruction de leurs installations.
• les organismes responsables de la gestion et du stockage des déchets, tant en France qu'à l'étranger (ex ANDRA en France)
• les industriels, moyennes et petites entreprises, qui réalisent les opérations de déconstruction, ou les travaux liés à l’entreposage et au stockage.

Parcours 2 : Fuel Cycle (FC)

Les étudiants formés seront les futurs cadres des grandes sociétés françaises du domaine, EDF, AREVA, GDF-SUEZ, tant au niveau national qu'à l'international. Ils seront également les futurs ingénieurs des PME et sous-traitants de cette activité. Les emplois dans l’industrie nucléaire correspondent à une large variété de métiers :

a. Métiers associés au cycle du combustible (mines, enrichissement, retraitement) ;
b. Métiers associés au démantèlement des installations et à la gestion des déchets.

Types d’emplois accessibles :
Ingénieur d'études, ingénieur de recherche, ingénieur de conception, chef de projet, futurs cadres dirigeant des grands acteurs du nucléaire, chercheur, enseignant chercheur. La sensibilisation à la recherche conduit certains d'entre eux vers les laboratoires du CNRS, du CEA et des Universités liés à ce domaine d'activité.

Parcours 3 : Operation (O)

Les emplois visés concernent principalement l'exploitation des centrales électronucléaires de puissance, mais peuvent aussi concerner d'autres installations nucléaires telles que les réacteurs de recherche ou des usines d’enrichissement ou de retraitement (approche éventuellement complémentaire de la spécialité cycle du combustible). La formation reçue dans cette spécialité ouvre en particulier sur des emplois tels que : Ingénieur d'exploitation, Chef d'exploitation, Ingénieur sûreté, Ingénieur maintenance, Ingénieur environnement-procédés.

Ces emplois sont principalement chez les exploitants de centrales électronucléaires, en France (EDF) ou à l'étranger, mais peuvent aussi concerner d'autres installations nucléaires (e.g. AREVA, CEA). A terme, cette spécialité permet de déboucher notamment sur des emplois d'encadrement et de direction d’exploitation, tels que managers de services (conduite, maintenance, logistique nucléaire…), direction de centrales nucléaires ou autres installations, ou managers de «Services corporate». Certains étudiants peuvent s'orienter vers des carrières de recherche ou d'enseignement après un travail de thèse effectué dans l'un des laboratoires de recherche des différents partenaires.

Parcours 4 : Nuclear Plant Design (NPD)

La vocation première de ce parcours est de former des ingénieurs de conception et de réalisation dans le domaine du nucléaire, aussi bien pour des centrales électronucléaires de puissance que pour des réacteurs de recherche. Elle ouvre notamment sur des emplois d’ingénieurs d’études (installation générale, conception des systèmes, conception des équipements lourds et de sûreté), d’ingénieurs de réalisation (conduite et/ou surveillance de fabrication en usine ou de réalisation de chantier) ou de chargés d’affaires et chefs de projets dans ces domaines.

Ces emplois sont des spécialités des grands fournisseurs de centrales nucléaires (AREVA NP ou AREVA TA), des électriciens producteurs disposant d’une ingénierie de maîtrise d’ouvrage ou d’architecte-ensemblier (EDF, GDF SUEZ…), ou bien encore de certains fournisseurs de services ou d'équipements nucléaires (SGN, SOFINEL, NucAdvisor). Ce parcours permet à terme de déboucher sur des emplois de direction de projet, de managers et chefs de services études, de direction de chantiers ou d'usines.

Parcours 5 : Nuclear Reactors Physics and Engineering (NRPE)

Les métiers auxquels prépare ce parcours relèvent de deux catégories :
- Ingénieurs d’études ou de réalisation dans l’industrie de l’énergie nucléaire (dans le cas d’une insertion professionnelle à Bac+5). Les emplois accessibles concernent notamment la conception et la réalisation d’équipements ou de systèmes de chaudières nucléaires que ce soit chez les fournisseurs/constructeurs (AREVA NP & TA, General Electric, Toshiba…) ou chez les électriciens disposants de services d’ingénierie (EDF, GDF SUEZ …).
- Chercheurs, ingénieurs formés par la recherche dans le cadre le plus souvent d’une thèse faisant suite au M2, dans des organismes de recherche comme le CEA, l’Université Paris Sud, les laboratoires de recherche des Grandes Ecoles, les universités à l’international, les unités de R&D des industriels (EDF, AREVA…), les laboratoires de recherche d’institution de sûreté comme l’IRSN.

Schéma de la mention

Contenu des enseignements

Voir le détail des cours et des UE en M1, et en M2.

Contacts

M. LOUNIS Abdenour
abdenour.lounis @ u-psud.fr

Site web de la formation : http://www.universite-paris-saclay.fr/fr/formation/master/ingenierie-nucleaire

Inscription et candidature

La première démarche pour préparer son inscription à l'un des masters de l'Université Paris-Saclay consiste à candidater en ligne. Vous pourrez ensuite choisir votre établissement et le parcours que vous souhaitez suivre.