Parcours Droit de l'environnement

Les questions d’environnement sont devenues centrales. Elles affectent de manière croissante les procédures juridiques et le fond des  décisions, publiques comme privées. L’expertise juridique est ainsi requise transversalement dans de nombreux domaines de la vie sociale. Juristes d’entreprise ou de collectivité territoriale, avocats spécialisés, conseillers en bureaux d’études, chargés de mission en administration centrale, etc., nombreuses sont les carrières qui s’ouvrent aux étudiants diplômés du Master II spécialité « droit de l’environnement ».

La sélection à l’entrée de cette formation exigeante est certes rigoureuse. Les étudiants juristes, publicistes ou privatistes, y côtoient les scientifiques et les ingénieurs, pour le plus grand profit commun et de chacun. Les membres de l’équipe pédagogique, universitaires, hauts fonctionnaires d’administration centrale, avocats, s’efforcent de vous encadrer de manière individualisée tout au long d’une année qui s’organise en deux semestres, le premier étant consacré aux enseignements spécialisés ou relevant du tronc commun (scientifique), le second correspondant au stage de six mois en institution publique ou dans le secteur privé.

L’association des anciens étudiants (AJME), très active, permet d’enrichir le tissu des réseaux professionnels et d’accroître  sensiblement les opportunités d’emploi. Si les métiers de l’environnement, à travers la palette qu’ils offrent, vous attirent, profitez de cette formation pluridisciplinaire sans équivalent. Elle vous ouvrira les portes d’univers professionnels et de fonctions aussi motivants que variés.

Pré-requis

Si un diplôme d’ingénieur ou le fait d’être en 4e année de Sciences Po Paris ou d’une IEP de province peut ouvrir les portes de la  formation, et si une admission est possible, sous certaines conditions, dans le cadre d’une validation des acquis de l’expérience (VAE) ou d’une validation des acquis professionnels (VAP), la formation est cependant prioritairement accessible aux étudiants titulaires d’une première année de Master, de préférence en droit de l’environnement mais plus largement de Master en droit. En raison du caractère composite des problématiques environnementales, elle est également ouverte aux étudiants titulaires de tout Master 1, sous certaines conditions de résultats, ainsi qu’à ceux ayant un diplôme « équivalent Maîtrise ».

Objectifs pédagogiques

L’originalité de la formation ? La combinaison d’une formation technique et multisectorielle en droit de l’environnement (droit des  installations classées, droit de l’eau, droit des déchets, droit de l’urbanisme et environnement, protection du patrimoine naturel, droits européens, droits civil et pénal de l’environnement, etc.), délivrée à partir de cours, séminaires et cas pratiques, et d’une sensibilisation à différentes sciences de l’environnement, à travers un tronc commun incluant également les étudiants scientifiques du Master (sites et sols pollués, écologie et écosystèmes, géologie...). Cette très solide formation, transversale et pluridisciplinaire, dans différents secteurs centraux du droit de l’environnement, fait de la spécialité de Master « droit de l’environnement » un diplôme unique en France. Tout au long de l’année universitaire qui ne dure en réalité qu’un semestre (de septembre à mars), les cours magistraux alternent avec les séminaires et diverses conférences (notamment les « Grands défis de l’environnement »), l’ensemble étant complété par des cours de langue approfondis. Une sortie sur le terrain est organisée au début du cycle. À compter d’avril et pour une durée de six mois, les étudiants de cette spécialité « professionnalisante » font un stage, pendant lequel ils rédigent un rapport qui viendra clore leur formation.

Débouchés

Le droit de l’environnement (notamment industriel) irriguant de très nombreuses filières professionnelles, on ne sera pas surpris de l’existence d’une large palette de débouchés, avec notamment, en tête, les métiers de juriste d’entreprise ou d’avocat (spécialisé en droit de l’environnement). Vous sont également ouverts les métiers du secteur public (en association avec certains concours ou en tant que chargés de missions ou chefs de projets), en administration centrale, dans les collectivités territoriales ou leurs regroupements (en particulier si le droit de l’environnement est associé à celui de l’urbanisme). Une ouverture vers l’international, dans les domaines intéressant l’environnement, est également possible, notamment dans le cadre d’ONG, ou au niveau de l’Union européenne et des différents organismes associés dédiés aux questions environnementales.

Lieux d'enseignements

Faculté Jean Monnet (à titre principal)
Orsay/Saclay (à titre secondaire)

Contacts

Secrétariat
• Muriel FURDELLE – muriel.furdelle @ u-psud.fr

Responsable
• Laurent FONBAUSTIER, laurent.fonbaustier @ u-psud.fr